Les Origines

Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Nuestros Comienzos
Par une belle soirée du mois de mars 1983 la Mutuelle des Parents de l´école de notre quartier Catalinas Sur (l´école num.8 « Carlos Della Penna »), organisa la première rencontre du groupe. Au départ, presque tous les membres de la troupe faisaient partie de cette mutuelle.

L´une d´entre nous nous présenta le père de deux élèves de l´école, un metteur en scène uruguayen, Adhémar Bianchi, qui voulait bien nous apprendre à faire du théâtre. Mais il voulait le faire sur la place publique !

Nous venions de subir une dictature sanglante… nous n´étions pas habitués à investir les places publiques. De plus, nous avions chacun notre profession et notre travail.
“Sur la place??!!”, s´exclama Luis, ingénieur informatique et fonctionnaire des Nations Unies.
“Sur la place??!” Répétions-nous de manière incrédule…
Et c’est ainsi que nous sommes allés faire du théâtre sur la Place des Malvines (place au centre du quartier).

Assez rapidement nous avons commencé à organiser des « Fêtes théâtrales ». Auparavant nous étions un groupe de voisins liés par nos joies et nos peines quotidiennes. A partir de 1983, le théâtre nous a permis de rencontrer d´autres voisins et de développer une activité communautaire et collective qui nous enrichissait et nous réjouissait après les années sombres de la dictature.  

Nous étions heureux et surpris de constater que les “petites touches artistiques »  de chacun se mélangeaient, se renforçaient et formaient un puissant message d´enthousiasme.
Nous étions heureux de construire ensemble, nous ne ménagions pas nos efforts.
Nous étions heureux de voir que d´autres voisins commençaient à nous rejoindre sur la place. Ils venaient d´abord partager un maté, puis eux aussi « se lançaient » (et pourquoi pas ?) et participaient à la « fête populaire ».
Nous étions heureux de voir que nos enfants se prenaient au jeu et s´amusaient avec nous !

Aujourd´hui nous sommes 300 !
Les choses ont changées, nous avons grandit, nous avons acquis un théâtre, nous avons voyagé,…
Mais quelque chose n´a pas changé : nous continuons d’être des voisins qui travaillent ensemble pour donner vie aux utopies auxquelles nous croyons.

En général, plutôt que de nous présenter, quand nous parlons de nous, nous préférons raconter comment nous sommes et comment depuis presque 30 ans nous avons réussi à maintenir notre utopie et à réaliser quelques uns de nos rêves communs. Nous croyons fermement que ceci a été possible en respectant quelques intuitions fondamentales.

Nous continuons d’être un groupe de voisins. Bien que beaucoup d´entre nous ne vivent plus dans le quartier, nous sommes un groupe de La Boca du Riachuelo. En effet nous travaillons ici et nous nous reconnaissons héritiers des formes artistiques traditionnelles de ce quartier qui fut le berceau de l´art populaire national. Marionnettistes, musiciens, acteurs, artistes en tous genres vinrent d´Europe ou d´Amérique Latine réinventer ici leurs pratiques et les confronter à la vie du quartier.
D’autre part, nous utilisons toutes les formes artistiques qui se sont développées ici à La Boca, nous les réinterprétons et ainsi nous leurs rendons hommage. Quelques exemples : l´opérette, la zarzuela (apportée par les italiens et les galiciens), la saynète (issue de la rencontre entre natifs argentins et immigrés dans les patios des conventillos), le cirque (d´ou est né le théâtre national argentin), la Murga (très traditionnelle à La Boca), le Candombe (cérémonie qui fut fondamentale dans le développement des musiques et des danses populaires), l´art des marionnettes.

Les temps sont durs pour les habitants de ce pays. L´Argentine a été mise à mal par de nombreuses dictatures et le retour de la démocratie s´effectue dans un contexte de globalisation déshumanisée.
Pour autant nous sommes convaincus que nous pouvons résister. Et nous le faisons. Nous nous appuyons sur notre mémoire collective pour créer ensemble et partager nos utopies.

Les fondateurs de notre groupe appartiennent à une génération qui croyait en un monde plus juste et plus solidaire. Depuis une vingtaine d´année certains disent que l´histoire est terminée, que les idéologies ont disparues et que chaque homme doit se débrouiller seul.
Notre groupe continue de défendre l´idée que la société est en évolution et qu´elle peut changer lorsque nous travaillons ensemble, entre voisins. Au fil des années beaucoup de nouveaux compagnons jeunes et moins jeunes sont venus partager cette conviction et continuent de faire flotter nos bannières.